Le graphisme et le style d’illustration de l’actuelle campagne d’affichage de l’OSAR pour la Journée du réfugié reprend des éléments de l’art de l’affiche touristique dans la Suisse des années 1930. © CHKY

Journées du réfugié 2017

Avec des événements locaux et une campagne d’affichage, l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés OSAR, ses organisations partenaires et des centaines d’auxiliaires bénévoles invitaient le public à la Journée nationale du réfugié le samedi 17 juin 2017.

Last Minute – L’exil n’est pas un voyage de plaisance

Avec des événements locaux et une campagne d’affichage, l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés OSAR, ses organisations partenaires et des centaines d’auxiliaires bénévoles invitent le public à la Journée nationale du réfugié le samedi 16 juin 2017.

Le voyage, les vacances, l’envie de dépaysement et enfin la détente, le luxe et, pour un court moment, voilà que le rêve d’une vie meilleure se réalise. C’est avec ces sentiments que jouaient les chefs-d’œuvre des débuts de l’affiche objet dans la Suisse des années 1930. Le graphisme et le style d’illustration de l’actuelle campagne d’affichage de l’OSAR pour la Journée du réfugié reprend des éléments de cet ancien art de l’affiche touristique: l’univers visuel stylisé couplé à la dure réalité des personnes en exil produit un violent contraste visuel. Le style vendeur de rêve motivé par des fins touristiques véhicule aujourd’hui le cauchemar de la fuite tel que l’ont subi entre-temps 65 millions de personnes dans le monde – avec parfois une issue fatale.

«Notre campagne de sensibilisation aimerait secouer les gens: l’exil implique la plupart du temps un risque énorme. Les personnes concernées ne partent pas de leur plein gré, mais poussées par une immense détresse», explique la directrice de l’OSAR Miriam Behrens. Sous son impulsion, le bureau de graphisme de l’illustrateur Christoph Frei a développé un concept visuel. «La valise symbolise l’histoire de leur exil. Celles et ceux qui doivent fuir réduisent leurs affaires au strict nécessaire et les emballent dans une valise. La valise prend souvent la forme d’un paquet ou d’une poche de pantalon contenant tout l’espoir d’une nouvelle existence en sécurité. Celles et ceux qui le comprennent rencontrent les réfugié-e-s avec plus d’ouverture et de disponibilité à les aider. C’est ce que nous voulons obtenir avec notre campagne.»

Comme les années précédentes, la campagne d’affichage accompagne de nombreuses activités des organisations partenaires de l’OSAR dans toute la Suisse. Beaucoup d’auxiliaires bénévoles organisent quelque 80 événements. Lors des Journées du réfugié, ces activités offrent des possibilités de rencontre entre les personnes qui ont fui et la population indigène.

Testimonials