Protéger et intégrer les réfugié-e-s

Le 3 mars 2010, le Conseil national consacre une session extraordinaire aux thèmes de la migration. L’Organisation suisse d’aide aux réfugiés OSAR appelle le Parlement à faire passer la protection des réfugié-e-s et leur intégration en Suisse avant toutes les autres affaires à traiter.

L’OSAR s’engage pour que l’accès à la procédure d’asile soit garanti pour les personnes qui en ont besoin. Cette procédure doit être conçue de sorte que toute personne sollicitant la protection de la Suisse ait une réelle chance de l’obtenir. Une procédure digne d’un Etat de droit se doit de clarifier si cette personne remplit les critères donnant droit au statut de réfugié-e et s’il faut l’admettre. Il faut contrer tous les efforts qui visent à réduire les chiffres de l’asile par des durcissements de la procédure au détriment des requérant-e-s d’asile. Il est irréaliste de croire que les personnes qui fuient des persécutions et des tortures ou qui cherchent à sauver leur vie se soucieront des législations nationales. L’OSAR salue en revanche toutes les initiatives qui tendent à restaurer une procédure d’asile digne d’un Etat de droit et de la Suisse humanitaire.

La suppression de la procédure d’ambassade est une mesure intolérable. La possibilité de déposer une demande d’asile dans une ambassade de Suisse a fait ses preuves et n’occasionne pas de coûts supplémentaires. Elle peut apporter une aide précieuse à des personnes en quête de protection. Sans cette procédure, les requérant-e-s d’asile doivent prendre le risque de voyager avec des passeurs et le paient souvent de leur vie.

Il y a lieu de respecter les droits fondamentaux des personnes qui demandent l’asile. Durant la procédure, celles-ci ont le droit de vivre dans des conditions dé-centes et appropriées. Toutes les revendications qui tendent à dégrader les condi-tions de vie des requérant-e-s d’asile doivent être résolument rejetées. Le manque actuel de places d’hébergement n’est que le résultat de la politique d’asile à court terme des dernières années qui a obligé les cantons à démanteler leurs structures d’accueil.

Les personnes autorisées à rester en Suisse doivent obtenir la possibilité de s’intégrer et de prendre part à la vie sociale. Du fait de leur situation particulière, les réfugié-e-s et les titulaires d’une admission provisoire ont besoin de soutien pour pouvoir se bâtir une nouvelle existence en Suisse. L’OSAR soutient toutes les initiatives favorisant l’intégration professionnelle des réfugié-e-s. Il faut en particulier créer des perspectives durables pour les jeunes réfugié-e-s. L’OSAR compte porter cette problématique sur la place publique. La campagne en lien avec la Journée du réfugié du 19 juin sera centrée sur l’intégration professionnelle des jeunes réfugié-e-s et des personnes titulaires d’une admission provisoire.

Questions:
Adrian Hauser, porte-parole, tél. 031 370 75 72 ou 079 558 38 59,
adrian.hauser@osar.ch.

Télécharger le communiqué de presse