La protection des réfugié-e-s s’applique aussi aux réfugié-e-s de l’Afrique du Nord

A l’occasion du débat sur les réfugié-e-s de l’Afrique du Nord qui a lieu aujourd’hui, l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés OSAR fait appel au Conseil national pour qu’il respecte la Convention de Genève relative au statut des réfugiés et qu’il fasse preuve de solidarité avec les pays européens voisins. Cela signifie que chaque demande d’asile doit être examinée individuellement et qu’en cas d’afflux massif de réfugié-e-s provenant de l’Afrique du Nord, la Suisse devra également entrer en matière sur les demandes d’asile de personnes qui sont arrivées en passant par l’Italie.

Ce mercredi le Conseil national discute de la crise des réfugié-e-s en Afrique du Nord et des possibles conséquences pour la Suisse. En préalable à ce débat, diverses revendications ont été formulées pour écarter et renvoyer les éventuel-le-s réfugié-e-s; cela est préoccupant. L’Organisation suisse d’aide aux réfugiés OSAR rappelle au Conseil national que la Suisse est tenue par le droit international public d’accueillir et d’aider les personnes persécutées ainsi que celles qui ont besoin de protection. En outre, elle fait appel aux autorités pour qu’elles se montrent solidaires en cas d’afflux massif de réfugié-e-s provenant d’Afrique du Nord et pour qu’elles se montrent prêtes à accueillir également des réfugié-e-s qui relèveraient, selon l’accord de Dublin, de la compétence d’un autre pays. Cela serait d’autant plus impératif qu’aujourd’hui déjà l’Italie, la Grèce et Malte sont extrêmement dépassées et que les réfugié-e-s y vivent dans des conditions misérables.

Le fait est qu’à ce jour en Suisse il n’y a quasiment pas d’augmentation du nombre de réfugié-e-s provenant des pays de l’Afrique du Nord. Personne ne sait quelle sera l’évolution de la situation et quel-le-s réfugié-e-s pourraient venir en Suisse le cas échéant. Provoquer la panique et affirmer, comme cela a été le cas à de nombreuses reprises, que pour la situation des Africain-e-s du Nord il s’agirait exclusivement de «réfugié-e-s économiques», répond en premier lieu à des motivations politiques. L’OSAR demande au Conseil national de faire preuve vis-à-vis des réfugié-e-s de la décence et du respect qui leur sont dus. Ces valeurs ne sauraient s’accommoder d’une exploitation électoraliste de la crise des réfugié-e-s d’Afrique du Nord. Ce qu’il faut à présent c’est une politique mesurée qui prépare la Suisse à une possible augmentation des demandes d’asile, celle-là devant être basée sur une estimation réaliste – ainsi qu’elle a déjà été esquissée par les autorités fédérales compétentes.

Questions complémentaires:
Adrian Hauser, Responsable Communication et porte-parole, tél. 031 370 75 72 ou 079 558 38 59, adrian.hauser@osar.ch.

Télécharger le communiqué de presse