Pas de renvois vers la ville afghane d’Hérat

La Suisse pourrait désormais renvoyer les requérant-e-s d’asile afghan-e-s débouté-e-s également dans la ville d’Hérat, située dans l’ouest de l’Afghanistan. L’Organisation suisse d’aide aux réfugiés OSAR considère de manière générale les renvois vers l’Afghanistan, un pays dévasté par la guerre, comme étant inexigibles. Cela est valable également pour la ville d’Hérat ainsi que pour la capitale, Kaboul. L’OSAR conteste ainsi la récente décision prise par le Tribunal administratif fédéral.

Dans une décision de principe de juin 2010, le Tribunal administratif fédéral (TAF) considérait que les renvois vers l’Afghanistan étaient inexigibles, à l’exception des renvois vers la capitale, Kaboul, pour autant que de strictes conditions soient réunies. Cette exception, qui permet les renvois vers Kaboul, s’est aujourd’hui développée et concerne désormais également la ville d’Hérat, située dans l’ouest de l’Afghanistan; et ce, malgré que le Tribunal reconnaisse une aggravation de la situation sécuritaire dans l’ouest du pays. La motivation de la décision mentionne que dans la province d’Hérat, le nombre d’incidents liés à la sécurité a augmenté. Il apparaît dès lors encore plus surprenant que la ville soit considérée comme sûre pour les requérant-e-s d’asile débouté-e-s.

A maintes reprises, l’OSAR a attiré l’attention sur l’aggravation de la situation sécuritaire et de la situation humanitaire qui prévaut dans tout le pays (février 2009 et juin 2010). Cette situation est également valable pour les provinces de l’ouest Hérat, Farah et Ghor. Dans le courant du mois de juin 2010, le nombre d’agressions dans la province d’Hérat a atteint une ampleur qui n’avais jamais été connue auparavant.

Contrairement aux explications du TAF, Hérat, la capitale de la province du même non est également à considérer comme non sûre. Par exemple on dénombre tou-jours des attentats sur la route qui mène à l’aéroport. A la fin du mois de septembre, l’ambassade américaine a interdit à son personnel d’emprunter ce tronçon. Le 29 septembre, deux policiers afghans et un civil ont été tué par une mine dans les environs de l’aéroport de Hérat. 10 personnes supplémentaires ont été blessées lors de l’explosion. Une autre attaque le 3 novembre dernier sur un fournisseur des troupes de l’OTAN, près du siège de l’OTAN vers l’aéroport, a coûté la vie à deux agents de sécurité afghans et 5 étrangers. Pendant les combats, 31 personnes civiles ont dû être évacuées.

Au vu de la situation actuelle, les conclusions du TAF concernant la ville d’Hérat sont incompréhensibles. Considérant les conditions sécuritaires catastrophiques qui prévalent dans les grandes villes afghanes et la situation imprévisible dans tout le reste du pays, l’OSAR réclame expressément que l’on s’abstienne de manière générale de renvoyer les personnes vers l’Afghanistan. Il est donc nécessaire d’adapter rapidement la pratique des renvois vers ce pays.

Mise à jour: Afghanistan: Situation sécuritaire actuelle (pdf)

Questions complémentaires:
Adrian Hauser, Responsable Communication et porte-parole, tél. 031 370 75 72 ou 079 558 38 59, adrian.hauser@osar.ch.

Télécharger le communiqué de presse