UNHCR: Le nombre des demandes d’asile a diminué dans le monde industrialisé

Le tout dernier rapport statistique préparé par l’UNHCR a montré une chute spectaculaire du nombre des demandes d’asile dans le monde industrialisé ces 10 dernières années. Le 28 mars 2011, l’UNHCR a publié le rapport statistique 2010 sur les demandes d’asile déposées en Europe et d’autres pays non-européens. Ce rapport sur les nouvelles demandes d’asile porte en tout sur 44 pays industrialisés.

Au total, quelque 358’800 demandes d’asile ont été déposées dans les pays industrialisés en 2010 – soit une baisse de 5 % par rapport à 2009 et d’environ 42 % par rapport au niveau maximum de la décennie qui avait été atteint en 2001, quand près de 620’000 demandes d’asile avaient été déposées.

«La dynamique globale de l’asile est en train de changer. Le nombre de demandes d’asile dans les pays industrialisés est beaucoup plus bas qu’il y a dix ans tandis que les niveaux augmentent d’une année sur l’autre dans un tout petit nombre de pays», a déclaré le Haut Commissaire pour les réfugiés, António Guterres. «Nous devons étudier les causes profondes pour déterminer si ce déclin est dû à la diminution des facteurs de départ dans les régions d’origine ou aux contrôles migratoires plus stricts dans les pays d’asile.»

On note des diminutions d’année en année dans la plupart des régions, notamment en Europe, en Amérique du Nord et en Asie du Nord. Au sein de l’Europe, la diminution la plus importante concerne l’Europe du Sud, où les demandes ont diminué de 33 % par rapport à 2009. Cela est principalement lié au fait que moins de personnes ont demandé une protection à Malte, en Italie et en Grèce. Mais ce déclin a été compensé par des augmentations ailleurs, en particulier en Allemagne (49 %), en Suède (32 %), au Danemark (30 %), en Turquie (18 %), en Belgique (16 %) et en France (13 %). Dans les pays nordiques, les augmentations au Danemark et en Suède ont été compensées par des déclins importants en Norvège (- 42 %) et en Finlande (-32 %).

L’Australie a reçu 8250 demandes, soit une hausse de 33 %. Le nombre de demandes effectuées dans ce pays reste toutefois largement inférieur à celui observé dans d’autres pays industrialisés et non industrialisés, et connaît une diminution de plus d’un tiers par rapport à 2001. L’Australie arrive au 15e rang sur la liste des pays industrialisés où ont été déposées des demandes d’asile l’année dernière.

Les cinq premiers pays de destination des requérant-e-s d’asile en 2010 ont été: les Etats-Unis, la France, l’Allemagne, la Suède et le Canada. Ensemble, ces cinq premiers pays d’asile accueillent plus de la moitié (56 %) de la totalité des demandes d’asile comptabilisées dans ce rapport.

Avec 55’530 demandes d’asile en 2010, les Etats-Unis restent le premier pays d’asile dans le monde, et ce pour la cinquième année consécutive. On y a observé une augmentation de 13 % depuis 2009, en partie en raison de l’augmentation du nombre des requérant-e-s d’asile chinois et mexicains. La France se maintient au deuxième rang des pays d’accueil pour les nouvelles demandes d’asile, avec 47’800 dossiers déposés en 2010, suivie par l’Allemagne (41’330).

Les hausses, dans ces deux pays, peuvent être en partie attribuées à l’augmentation du nombre de requérant-e-s d’asile originaires de Serbie et de l’ex-République yougoslave de Macédoine. Cette évolution est largement attribuée à la levée de l’obligation de visa d’entrée dans l’Union européenne pour les ressortissants de ces deux pays depuis décembre 2009.

En 2010, le premier pays d’origine des requérant-e-s d’asile a été la Serbie (28’900 personnes, y compris le Kosovo). Ce pays a ainsi connu une hausse de 54 % par rapport à 2009, où il se situait au sixième rang. Il est intéressant de noter que le nombre de demandes d’asile déposées par des ressortissants serbes en 2010 était comparable à celui de 2001, peu après la crise du Kosovo.

L’Afghanistan glisse à la deuxième place avec une diminution de 9 % par rapport à l’année précédente. Les requérant-e-s d’asile chinois constituent le troisième plus grand groupe de requérant-e-s d’asile en 2010, en partie en raison d’une chute importante du nombre de nouvelles demandes de la part des ressortissant-e-s d’Iraq et de Somalie. Pour la première fois depuis 2005, l’Iraq ne figure pas parmi les deux principaux pays d’origine des requérant-e-s d’asile. Il passe à la quatrième place, suivi de la Fédération de Russie. La Somalie, qui occupait le troisième rang en 2009, passe, quant à elle, au sixième rang en 2010.