L’Armée du Salut désormais membre de l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés OSAR

L’Assemblée générale de l’Organisation suisse d’aide aux réfu-giés (OSAR) accueille un nouveau membre: la fondation Armée du Salut Suisse. L’Organisation suisse d’aide aux réfugiés (OSAR) est la principale organisation de Suisse spécialisée dans le domaine de l’asile. Déjà forte de cinq membres, la section suisse d’Amnesty International, Caritas Suisse, l’Entraide Protestante Suisse (EPER), l’Œuvre suisse d’entraide ouvrière (OSEO) et l’Union suisse des comités d’entraide juive (USEJ), la direction de l’OSAR inclut désormais un autre poids lourd du domaine de l’asile: la fon-dation Armée du Salut Suisse.

En accueillant la fondation Armée du Salut Suisse, l’association faîtière des organisations suisses d’aide aux réfugiés fait un pas important vers le renforce-ment et l’élargissement de sa base. Neutre sur le plan politique et présente dans 125 pays, la fondation Armée du Salut défend les réfugiés aussi bien sur le plan international qu’en Suisse où elle est active dans les domaines de la consultation et de l’hébergement. Elle occupe actuellement près de 1‘700 collaborateurs dans notre pays. Avec son engagement résolu en faveur des réfugiés et ses nombreuses œuvres sociales, la fondation Armée du Salut a parfaitement sa place au sein de l’OSAR. C’est son responsable de l’aide aux réfugiés Paul Mori qui la représente désormais au comité de l’OSAR, présidé par Bruno Riesen d’AI, et dont les autres membres sont Isabelle Bindschedler de Caritas Suisse, Martin Engel de l’OSEO; Antoinette Killias de l’EPER, ainsi que Diana Rüegg de l’USEJ.

Indigné par la politique officielle à l’égard de la Syrie
Martin Engel de l’OSEO s’est exprimé au sujet de la situation en Syrie au nom du président de l’OSAR Bruno Riesen d’AI, absent pour la circonstance. Il n’a pas dissimulé son indignation au sujet de la politique lâche et assez passive de la Suisse officielle. Alors que la Suisse vient de restreindre encore la protection des réfugiés, des dizaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants innocents sont morts et meurent encore en Syrie et des millions d’autres ont été ou sont amenés à prendre la fuite. Selon Martin Engel, «la Suisse ferait bien d’en accueillir quelques centaines dans un geste de solidarité, conformément à la demande que l’OSAR a récemment réitérée au Conseil fédéral.» Pour mémoire, l’OSAR a appelé le Conseil fédéral à réduire immédiatement au strict minimum bureaucratique les procédures requises de la part des réfugiés syriens et en particulier des personnes vulnérables ayant de la famille en Suisse pour l’obtention d’un visa. Jusqu’à présent en vain.

Questions
Beat Meiner, secrétaire général de l’OSAR, tél. 031 370 75 75 ou 079 239 27 19 (médias électroniques), beat.meiner@fluechtlingshilfe.ch ou
Stefan Frey, porte-parole de l’OSAR, tél. 079 509 47 89, stefan.frey@fluechtlingshilfe.ch

Télécharger le communiqué de presse