Hébergement de requérants d’asile chez des particuliers

L’Organisation suisse d’aide aux réfugiés (OSAR) mène depuis le début 2014 un projet pour héberger des réfugiés et des requérants d’asile dans des familles autochtones, volontaires pour un tel accueil. L’objectif de la démarche: l’intégration facilitée et accélérée des migrants concernés. Cette proposition innovante a reçu un excellent écho outre-Sarine et en Romandie. Dans le canton de Vaud, l’Etablissement vaudois d’accueil des migrants (EVAM) s’est associée à l’OSAR. C’est sur terre vaudoise que débute la mise en œuvre de ce projet, faisant du canton de Vaud, le canton pilote pour toute la Suisse.

«Des familles suisses qui accueillent, de manière organisée, d’autres familles réfugiées ou requérantes d’asile. C’est une première dans notre pays!», s’exclame Stefan Frey, chargé de communication à l’OSAR et responsable du projet. Première étape: trouver un partenaire de confiance partageant le même enthousiasme pour la démarche. L’EVAM – unique institution romande se consacrant exclusivement à l’accueil des requérants d’asile – représente un coéquipier de choix. En octobre 2014, l’OSAR et l’EVAM signent une convention de collaboration. Un premier placement vient d’être effectué. D’autres suivront.

Répartition des tâches

Les placements initiaux dans le Canton de Vaud seront accompagnés et suivis conjointement par l’EVAM et l’OSAR. L’OSAR se charge, plus spécifiquement, de trouver les familles d’accueil, de vérifier qu’elles sont équipées sur le plan logistique et de les préparer à cette aventure. De son côté, l’EVAM propose des migrants «éligibles» et s’occupe de leur déplacement entre le foyer et la famille d’accueil.

Qui sont les migrants concernés dans le canton de Vaud?

L’intégration constitue l’objectif premier du projet. Aussi, il s’adresse à des migrants qui resteront durablement en Suisse. Il s’agit en priorité de personnes au bénéfice d’une admission provisoire (permis F). La première personne placée est un jeune homme érythréen.

Le rôle des familles d’accueil

Les familles d’accueil accompagneront les migrants dans leur quotidien pour favoriser leur  compréhension de notre culture et de nos normes. Une intégration sociale et professionnelle plus rapide découlera d’un tel échange.

Une évaluation suivra après trois mois d’expérience. Des résultats attendus, avec impatience, par d’autres cantons romands et alémaniques qui envisagent de perpétuer le mouvement. L’OSAR se réjouit de tirer les leçons de ce projet complémentaire au système d’accueil traditionnel des personnes relevant de l’asile en Suisse. L’organisation informera les médias dès que les conclusions seront disponibles.

Avis aux médias

Nous vous remercions infiniment de l’intérêt, déjà démontré, pour notre projet. Cependant, nous souhaitons préserver les familles d’accueil et les migrants, notamment lors de leurs premiers contacts. Il est nécessaire de leur laisser le temps de faire connaissance et de s’apprivoiser. Merci de votre compréhension.

Renseignements 

Stefan Frey, chargé de communication OSAR, 031 370 75 75

Evi Kassimidis, chargée de communication EVAM, 021 557 06 06

 

Télécharcher communiqué de presse