Se rencontrer et apprendre les uns des autres

De nombreuses organisations s’engagent cette année dans toute la Suisse, lors des Journées du réfugié du 20 et 21 juin, pour l’intégration sociale des réfugié-e-s. Le week-end prochain, il sera possible dans de nombreux endroits de rencontrer des gens de cultures différentes, d’entretenir des relations, de vivre l’intégration ou de s’inscrire comme «Dream-Team».

Les Journées du réfugié, célébrées depuis 1980, sont plus que jamais d’actualité. Il n’y a jamais eu autant de personnes en fuite depuis la Seconde guerre mondiale. Et il ne se passe pas un jour sans nouvelles bouleversantes de la Syrie, de l’Irak, de la Libye, des régions en crise de la Corne de l’Afrique ou de réfugié-e-s, qui risquent leur vie en traversant la Méditerranée.

Le mot d’ordre actuel est de montrer sa solidarité envers les plus faibles et intégrer les personnes dans le besoin de protection. Le 20 et 21 juin sont donc célébrées des Journées de rencontre dans toute la Suisse, du Valais à Zurich, du lac Léman au lac de Constance et de Bâle à Lugano. L’offre culturelle est diversifiée ; elle s’étend à des concerts, en passant par des actions d’information, des marchés, des discours, des débats, une pièce de théâtre, à la présence de l’actuelle Miss Suisse. Parce que l’intégration passe aussi par l’estomac, la cuisine internationale, de tous les coins du monde, fera également partie du programme. Le site internet www.dream-teams.ch/fr/ donne des informations sur les manifestations qui ont lieu partout en Suisse. On pourra aussi entendre de brèves interventions de stations de radios privées de renom sur Migradio, la radio des Journées du réfugié 2015.

L’Organisation suisse d’aide aux réfugiés OSAR, le Secrétariat d’Etat aux migrations SEM et le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés UNHCR s’engagent ensemble pour que les réfugié-e-s reconnus et les personnes admises à titre provisoire aient un meilleur accès à la vie sociale et professionnelle en Suisse. Pour la seconde fois, ils ont donc lancé le 1er juin le concours «Dream-Teams». Celui-ci permet de montrer que l’intégration peut réussir si nous nous engageons et si nous y contribuons, dans notre voisinage, au travail ou dans une association. Cet engagement volontaire contribue de manière décisive à ce que les réfugié-e-s reconnus et les personnes admises à titre provisoire puissent participer à la vie en société. Les «Dream-Teams» encouragent et défendent une culture d’accueil des étrangères et étrangers dans notre pays. Les «Dream-Teams» intéressées peuvent s’inscrire jusqu’au 14 août sur www.dream-teams.ch/fr/ et poser leur candidature pour le titre de meilleure «Dream-Team» en Suisse.

Souvent, il suffit de peu de choses pour que l’intégration réussisse. Dans le village animé de Gampel, dans le Haut-Valais, par exemple, Kassahun Tigabu qui vient d’Éthiopie et Konrad Martig, le président de la commune de Gampel, chantent ensemble dans la chorale de l’église. La «Dream-Team» qu’ils forment tous les deux est marquée par le respect et l’amitié. Les gagnants de la Dream-Team de l’année dernière, Manuela, de Suisse, et Emine, du Kurdistan, sont également liées par l’amitié et, d’autre part, par un projet d’intégration, créé il y a neuf ans par Emine. Dans le cadre de ce projet, Manuela a été embauché par Emine pour soutenir les réfugié-e-s qui font un apprentissage en Suisse.

De nombreux autres exemples de cette intégration vécue peuvent être consultés sur www.dream-teams.ch. Dans le cadre du concours de cette année, d’autres histoires s’ajoutent en permanence.

Pour de plus amples informations

Télécharger le communiqué de presse