Des expériences communes qui rapprochent

En juillet 2018, un groupe de personnes requérantes d’asile s’est rendue dans une cabane de l’Oberland bernois dans le cadre du projet «Berge erleben» («vivre la montagne»). Cette expérience leur a permis d’explorer la beauté de la nature alpine et de faciliter les échanges avec la population de la région. L’OSAR, qui soutient le projet, était présente pour assister à l’événement.

Pour les personnes réfugiées, isolées dans leurs centres d’accueil, le temps peut parfois paraître long. Souvent, elles peinent à trouver des activités de loisirs ou à nouer des contacts avec la population locale. La culture suisse, la nature – pourtant environnante – et la population locale restent souvent hors de leur portée. Heureusement, il existe des projets tels que «Berge erleben» («vivre la montagne»), qui leur permet d’explorer la beauté de la nature alpine et favorise les échanges culturels avec la population suisse.

Vendredi après-midi, un groupe composé de quinze requérant-e-s d’asile et de neuf personnes de la région atteint le refuge bucolique de Winteregg, près de Kandersteg. L’expérience se poursuit avec un «trekking aventure» en direction d’Arvenseeli, une sorte de chasse au trésor en groupes mixtes. Le chemin est bordé de différents postes et des missions doivent être résolues en groupe. Arrivés à Arvenseeli, les aventuriers empilent du bois et allument un feu de camp. Place aux jeux et aux chants, l’ambiance est détendue. Autour du feu qui grésille cuisent des brochettes de pain, des saucisses, des légumes et une ratatouille faite maison dans des bocaux de verre.

Le retour à la cabane a lieu plus tôt que prévu. Le ciel annonce l’arrivée imminente de la pluie. Plus vite que prévu, comme cela peut se produire en montagne, une violente tempête s’abat sur le groupe. Quand ils arrivent à la cabane, alors que le tonnerre résonne encore dans leurs oreilles, les participant-e-s n’ont qu’une idée en tête: se sécher et gagner leurs lits! Mais avant toutes choses, distribution des devoirs du week-end: chacun-e doit s’atteler à la tâche, car le partage d’expériences crée des liens. Cela aussi fait partie du projet.

La culture suisse et sa diversité

Le lendemain, les participant-e-s s’adonnent à une réflexion individuelle. Quelles sont mes attentes pour les prochains jours? Quels sont mes objectifs pour l’année à venir? Quelles expériences aimerais-je faire? A la fin du week-end, le groupe revient sur ces questions et fait le point.

Le petit-déjeuner, typiquement suisse et naturellement copieux, donne au groupe l’énergie nécessaire pour se lancer ensuite dans une discussion intensive sur la culture suisse. Les sujets suivants sont traités en groupes:

  • la cuisine: bircher muesli, tresse et gâteaux;
  • la topographie: lire une carte et utiliser une boussole;
  • la culture suisse: découvrir les quatre régions linguistiques, leurs coutumes et traditions;
  • les jeux de cartes: présentation des jeux de cartes préférés et petit tour de jeu;
  • Oberserver la nature avec un microscope fait maison;
  • la géologie: découverte des glaciers, des montagnes et du climat de la Suisse.

Evidemment, une randonnée en montagne est incontournable. Le samedi, les participant-e-s traversent un magnifique paysage de montagne pour se rendre au lac Daubensee. Une première expérience dans des souliers de marche que nos apprentis randonneurs ne sont pas prêts d’oublier. Et ce, grâce à un magasin de sport d’Interlaken, qui a mis les souliers gratuitement à la disposition des requérante-s d’asile.