Dès l’âge de quinze ans, les jeunes érythréens sont recrutés de force dans l’armée. C’est ainsi que se maintient une des plus grandes armées d’un des plus petits pays du continent africain. Photo: Stephanie Buret

Érythrée

Vous trouverez ici toute l’actualité sur l’Erythrée, notamment les derniers rapports, prises de positions et articles de l’OSAR sur l‘Erythrée.

Un arrêt négligent sur l’Érythrée

Le Tribunal administratif fédéral (TAF) avalise l’exécution du renvoi d’un requérant d’asile érythréen dans son pays en sachant pertinemment qu’il y risque du travail forcé. L’OSAR critique sévèrement cette décision. Selon elle, le manque d’informations sur la situation en Érythrée, que le tribunal lui-même avoue, n’autorise pas un jugement aussi lourd de conséquences. Le tribunal se base en effet sur des présomptions et aucunement sur des informations de source sûre. La notion de protection inhérente au droit d’asile n’est donc pas suffisamment prise en compte.

Lire le communiqué du 12.07.2018

Appel contre la levée de l’admission provisoire pour les Érythréennes et Érythréens

18.04.2018 / Dans une lettre ouverte, l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés et ses organisations membres demandent à la Conseillère fédérale Simonetta Sommaruga de se distancer du changement de pratique annoncé et du réexamen de l’admission provisoire des Érythréennes et Érythréens.

Lire la lettre ouverte adressée à la Conseillère fédérale Simonetta Sommaruga

Lire le communiqué du 18.04.2018

Les restrictions envers les Erythréen-ne-s ne sont pas une solution

05.04.2018 / Position de l’OSAR sur la décision du DFJP et du SEM concernant l’examen du statut de 3200 Erythréen-ne-s

L’OSAR exige du Département fédéral de justice et police (DFJP) et du Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) qu’ils renoncent immédiatement à réexaminer l’admission provisoire des Erythréen-ne-s et à leur retirer ce statut. Pousser ces personnes dans la précarité de l’aide d’urgence et les exclure des mesures d’intégration n’est pas une solution. Alors que la situation sécuritaire en Erythrée est toujours incertaine, les personnes concernées ne peuvent pas retourner dans leur pays d’origine et restent en Suisse. Au lieu de capituler devant la pression politique, la Confédération ferait mieux de défendre sa tradition humanitaire et maintenir le principe d’Etat de droit.
Lire le communiqué de presse du 05.04.2018

Consulter les analyses-pays sur l’Erythrée.

Publications OSAR