Préserver la dignité humaine

    ADEM
    L’Organisation suisse d’aide aux réfugiés est membre de l’Alliance pour les droits des enfants migrants (ADEM). L’ADEM est un réseau d’organisations et de professionnels qui veillent à la défense des droits et des intérêts des enfants migrants en Suisse.

    Aide d’urgence
    D’après la Constitution fédérale, les requérant-e-s d’asile débouté-e-s qui ont reçu une décision d’asile négative ou une décision de non-entrée en matière et qui doivent quitter la Suisse ont un droit garanti à l’aide d’urgence jusqu’à leur départ.

    Aide pour les personnes qui recherchent protection en Suisse
    Que se passe-t-il après l’arrivée en Suisse? Qui reçoit l’asile? Puis-je travailler? Où puis-je habiter? Quelles conditions dois-je remplir? Quels sont mes droits?

    Cas de rigueur
    Les requérant-e-s d’asile en procédure ou déboutés, ainsi que les titulaires d’une admission provisoire qui se trouvent dans une situation de détresse personnelle peuvent obtenir un permis B si leur canton de domicile leur délivre une autorisation pour cas de rigueur.

    Chiasso / Côme
    En septembre 2016, la situationà la frontière sud s’est détériorée. Pour les réfugié-e-s comme pour les autorités et organisations concernées, la situation entre Chiasso et Côme est difficile. Il est dès lors nécessaire d’assurer le plus de transparence possible sur le traitement des personnes arrêtées et sur les procédures appliquées à la frontière.

    Crimes et discours de haine: une menace bien réelle pour les personnes requérantes d'asile
    Le discours politique actuel décrit souvent les requérant-e-s d’asile comme «menace» pour l’ordre public, voire comme perpétrateurs potentiels d’infractions pénales. On oublie alors facilement qu’ils sont souvent victimes de violence physique ou verbale, voire d’infractions pénales commises contre eux. Les crimes et discours de haine visant les personnes migrantes, notamment requérantes d’asile et réfugiées, constituent en effet un phénomène bien réel.

    Droit d’asile
    Plus de 50 millions de personnes sont en fuite dans le monde, pour échapper aux persécutions, à l’oppression, et à des menaces mettant en danger leur vie ou leur intégrité physique.

    Entre Etat et individu: qui est menacé?
    Depuis plusieurs années, on observe la montée de discours populistes en Europe, où les personnes en quête de protection sont considérées comme une menace à la sécurité étatique. Doublés de politiques excluantes, ces discours reflètent la prédominance d’une approche sur la migration, dans laquelle la sécurité des Etats prédomine sur celle des individus.

    Extradition et asile : points de contact et parallélismes entre ces procédures
    L’irrecevabilité d’une demande d’extradition a de nombreux parallèles avec la définition du statut de réfugié et le principe de non-refoulement, ce qui explique pourquoi les procédures d’asile et d’extradition sont étroitement liées. Retour sur les parralélismes entre ces deux procédures.

    Familles d'accueil OSAR
    Le projet de familles d’accueil de l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés (OSAR) prend le relais là où la procédure d’asile atteint généralement ses limites: au niveau de l’intégration sociale et professionnelle. Les personnes intéressées à vivre cette expérience dans les cantons d’Argovie, Berne, Genève et Vaud peuvent s’inscrire en ligne ci-dessous.

    Home

    La Garde côtière lybienne : un leurre pour notre bonne conscience
    L’Union européenne (UE), pour lutter contre les migrations à travers la Méditerranée, tente de coopérer avec la Libye et dépense dans ce but des millions d’euros. La communication qui est faite à ce propos donne l’impression que la Libye est un pays stable, un partenaire de coopération fiable, au bénéfice d’une situation gouvernementale réglementée. Mais c’est un mirage.

    Le droit international et la Suisse
    Dans le domaine du droit d’asile, les normes contraignantes du droit international définissent le champ d’action des États signataires à l’égard des personnes qui ont besoin de protection.

    Le sommet du cynisme: les réfugiés, premières victimes de la lutte contre les passeurs
    Le sommet organisé la semaine passée à Paris propose des leurres en lieu et place de véritables solutions qui permettraient de contribuer à la protection internationale des personnes réfugiées.

    Libye
    Alors que le nombre de personnes qui atteignent l’Europe par la Méditerranée est en baisse, le nombre de celles et ceux qui perdent la vie sur cette voie dangereuse augmente. Non seulement l’Union européenne (UE) ne fournit aucune opération de sauvetage, mais elle entrave également les opérations de sauvetage privées (non gouvernementales). L’Italie a également refusé d’accepter les migrant-e-s secouru-e-s par l’opération navale «Sophia» de l’UE.

    L’OSAR exige de renoncer aux renvois vers la Hongrie
    En guise de mesure dissuasive, la Hongrie veut interner toutes les personnes réfugiées et commet ainsi une violation des droits humains fondamentaux. L’Organisation suisse d’aide aux réfugiés OSAR condamne fortement cette mesure. Il est dès lors demandé à la Suisse non seulement de suspendre tous les renvois Dublin vers la Hongrie, mais également de traiter et de trancher sur toutes les demandes d’asile de personnes qui ont traversé la Hongrie pour entrer en Suisse.

    L’OSAR salue la décision du Tribunal fédéral sur la détention des requérants selon l’accord de Dublin
    L’Organisation suisse d’aide aux réfugiés OSAR salue le fait que le Tribunal fédéral accepte le recours d’une famille de réfugiés afghans pour violation du droit à la vie privée et familiale. Ainsi, une adaptation des normes relatives aux droits de l’homme exigée depuis des années par l’OSAR et ses organisations membres est enfin mise en œuvre en ce qui concerne la détention pour les familles.

    Plus de 38 000 signatures pour les réfugiés
    Ce jeudi, l’Entraide protestante suisse (EPER) et l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés (OSAR) ont remis au Conseil fédéral la pétition «Des voies sûres pour sauver des vies» munie de plus de 38 000 signatures. La balle est dans le camp du Conseil fédéral: à lui d’agir rapidement avec les cantons, en augmentant le contingent annuel des réfugiés à 10 000 dans le cadre du programme de réinstallation.

    Pourquoi les personnes réfugiées ne peuvent-elles pas simplement rester en Libye?
    Les personnes migrantes et la population civile sont les premières victimes du chaos libyen. Depuis la chute du colonel Kadhafi en 2011, l’instabilité politique et les luttes de pouvoir entre groupes armés règnent dans le pays. La fuite vers l’Europe apparaît alors comme la seule issue possible pour échapper à l’enfer libyen.

    Protéger les réfugiés – Préserver la dignité humaine
    Ces principes guident notre action quotidienne et ce depuis 1936.

    Représentation des oeuvres d’entraide
    Pendant la procédure d’asile, des collaboratrices et collaborateurs du Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) interrogent les requérant-e-s d’asile sur les motifs de leur fuite. La Loi sur l’asile dispose que ces auditions se déroulent en présence d’un-e représentant-e des œuvres d’entraide reconnues.

    Requérant d’asile
    Tous les requérant-e-s d’asile obtiennent un livret N qui atteste de leur présence en Suisse.

    Requérant-e-s d’asile en quête de sécurité coincé-e-s entre la loi et la dure réalité en Italie
    Le Danish Refugee Council et l’Organisation Suisse d’aide aux réfugiés (OSAR) publient aujourd’hui un rapport conjoint sur la situation des per-sonnes vulnérables transférées en Italie en vertu du règlement Dublin III. Le rapport éclaire en particulier la situation des personnes vulnérables, montre que les conditions d’accueil en Italie varient fortement et que les personnes sont exposées à des risques de violations des droits humains.

    Requérant-e-s d’asile en quête de sécurité coincé-e-s entre la loi et la dure réalité en Italie
    Le Danish Refugee Council et l’Organisation Suisse d’aide aux réfugiés (OSAR) publient le 9 février 2017 un rapport conjoint sur la situation des personnes vulnérables transférées en Italie en vertu du règlement Dublin III. Le rapport éclaire en particulier la situation des personnes vulnérables, montre que les conditions d’accueil en Italie varient fortement et que les personnes sont exposées à des risques de violations des droits humains.

    Retour
    Les personnes dont la demande d’asile a été rejetée sont tenues de quitter la Suisse. Nous nous engageons pour qu’elles puissent retourner dans leur pays dans la sécurité et la dignité.