Réfugiés Mineurs

    ADEM
    L’Organisation suisse d’aide aux réfugiés est membre de l’Alliance pour les droits des enfants migrants (ADEM). L’ADEM est un réseau d’organisations et de professionnels qui veillent à la défense des droits et des intérêts des enfants migrants en Suisse.

    Familles d'accueil OSAR
    Après quatre années de succès, l’OSAR a transmis son projet de familles d’accueil pour personnes réfugiées à des organisations spécialisées. Le projet pilote lancé en 2015 sera ainsi poursuivi avec un ancrage plus local.

    Familles dans la procédure d’asile
    Que signifie être une famille dans la procédure d’asile? Comment fonctionne la procédure commune et quels en sont les obstacles? Il arrive régulièrement que certains aspects de la vie familiale de réfugié-e-s soient traités sous cette rubrique. Il a notamment été expliqué à quelles conditions peut avoir lieu un regroupement familial dans notre pays alors que les critères applicables aux personnes admises provisoirement ont été critiqués. De même, la situation de familles réfugiées renvoyées en Italie a été thématisée à plusieurs reprises. Les deux points abordés aujourd’hui devraient faire évoluer l’image de la famille dans la procédure d’asile.

    Fuir pour vivre et pour apprendre
    Dans un article paru le 24 janvier 2018 dans le Basler Zeitung, l’assistance apportée aux mineur-e-s non accompagné-e-s arrivé-e-s en 2017 serait détruite par le 70 % de ces jeunes, qui n’auraient pas la volonté de s’intégrer dans notre société. Il convient ici de s’interroger sur ces déclarations fallacieuses.

    Les enfants-réfugiés qui disparaissent
    La trace de plus de 10’000 enfants-réfugiés a été perdue après leur arrivée en Europe dans le cadre des derniers hauts flux migratoires (voir les comptes rendus des médias, notamment de la BBC, du New York Times et de RTS). Rien qu’en Allemagne l’an dernier, il y a eu au moins 5’000 disparitions de requérant-e-s d’asile mineur-e-s, dont environ 400 âgé-e-s de moins de treize ans. En Suisse, les statistiques sont imprécises mais le phénomène est aussi bien connu. En 2014, notre pays a recensé au moins 44 cas confirmés de mineur-e-s non accompagné-e-s disparu-e-s.

    Procédure d’asile
    La Suisse octroie sa protection et une autorisation de séjour aux personnes persécutées et soumises à de sérieux préjudices dans leur pays d’origine ou dans l’impossibilité d’y retourner pour d’autres raisons humanitaires.

    Requérants d’asile mineurs non accompagnés
    Chaque année, plus de 600 enfants et adolescent-e-s gagnent la Suisse sans être accompagnés par l’un de leurs parents, ou par un-e autre représentant-e légal-e et y déposent une demande d’asile.

    Requérants mineurs non accompagnés
    La situation des requérants d’asile mineurs non accompagnés (MNA), arrivés seuls en Suisse, fait l’objet d’une attention particulière dans la procédure d’asile. En raison de leur âge et de leur manque d’expérience, ils sont souvent dépassés par la procédure d’asile. La loi prévoit donc des mesures spécifiques à leur égard.

    Une procédure semée d’embûches pour les mineur-e-s non-accompagné-e-s
    En 2016, près de 2000 mineur-e-s ont déposé l’asile en Suisse sans être accompagnés par un parent ou un-e représentant-e. Dans quelle mesure les besoins de ces jeunes sont-ils pris en compte et adaptés dans la procédure d’asile?