« Offrir un port sûr »

Le 31 mars 2022, Nicole Kleiner et Thomas Blank ouvraient la porte de leur maison à une réfugiée ukrainienne, Maryna Homenyuk. Plus d’une année s’est déroulée depuis et les trois cohabitent toujours. Ils nous racontent leur rencontre, ce qu’ils ont vécu et ce qu’ils souhaitent encore partager ensemble.

« Une amie qui savait que nous avions une chambre de libre, que nous avions aussi inscrit sur un site officiel, m’a appelĂ© une semaine avant pour savoir si l’elle Ă©tait encore. Une jeune femme Maryna en avait besoin. Â», explique Nicole. Thomas et elle n’ont jamais accueilli de personnes rĂ©fugiĂ©es auparavant.

Lorsqu’elle a éclaté, l’Ukrainienne, diplômée en droit et sociologie, n’a eu d’autre choix que de quitter son pays et de revoir ses projets. Maryna s’est ainsi retrouvée réfugiée en Suisse, alors qu’elle s’engageait, elle-même, activement dans son pays d’origine pour les droits humains et les personnes réfugiées.

De la cohabitation à l’amitié

Nicole et Thomas n’ont pas hĂ©sitĂ© : « Nous n’avions aucune information sur Maryna et bien sĂ»r qu’on s’est posĂ© des questions. MalgrĂ© cela, on a dĂ©cidĂ© d’ouvrir notre porte Â», dĂ©clare Thomas. Avec Nicole, ils n’ont pas seulement ouvert leur porte, mais aussi leur cĹ“ur Ă  Maryna. « C’est de l’or, Maryna Â», tels sont les mots de Nicole.

En une année, ils ont vécu de nombreux moments de partage. Certains ont été plus marquants que d’autres, comme le mariage de Nicole et Thomas, leur fête d’été, le jour où Maryna a présenté son petit ami à sa famille d’accueil ou celui où Thomas a parlé par téléphone de plantation de pomme de terre avec le père de Maryna resté en Ukraine. De tous ces partages, une amitié est née.

Offrir du soutien

Nicole conseille de rester soi-mĂŞme lorsqu’on accueille quelqu’un chez soi et de ne pas changer ses habitudes. La cohabitation fonctionne entre eux, notamment, car chacun a son espace privĂ©. « Avoir un espace privĂ© facilite Ă©normĂ©ment le dĂ©veloppement personnel Â», souligne Nicole.

Il Ă©tait essentiel pour Nicole et Thomas d’offrir Ă  Maryna plus qu’un simple toit. « Nous voulions offrir du soutien, un port sĂ»r Â» dĂ©clare Thomas. Â« Nous l’avons dès le dĂ©but incluse et prise avec nous oĂą nous allions, Ă  des dĂ®ners, chez des ami-e-s Â», complète Nicole. Le couple ne trouve pas seulement important que la personne rĂ©fugiĂ©e accueillie vive sous son toit, mais aussi qu’ensemble, ils passent du temps.

Construire sa vie et son avenir

Au fil du temps, Maryna a construit sa vie, ici en Suisse. Elle a dĂ©sormais ses ami-e-s, son rĂ©seau, un petit ami et des projets d’avenir, ceci notamment grâce Ă  sa famille d’accueil. Au dĂ©but, Maryna suivait un programme de formation Ă  la Haute Ă©cole bernoise et actuellement elle prend des cours intensifs de français. Le fait d’être incluse a comptĂ© pour elle. « Je suis arrivĂ©e seule et au dĂ©but, il Ă©tait très important pour moi de me sentir soutenue. Ma famille d'accueil a partagĂ© avec moi sa maison, son confort, ses traditions, sa cuisine, ses expĂ©riences et ses relations. Â»

« Aujourd'hui, je peux dire que ma famille d’accueil est devenue ma famille Â», explique Maryna. Elle ajoute que depuis qu’elle vit avec Nicole et Thomas, elle n’a jamais Ă©tĂ© malade. « Ma santĂ© va bien, je me sens bien, je me sens Ă  la maison chez Nicole et Thomas », dĂ©clare avec un grand sourire Maryna.

Une porte toujours ouverte

 Â« Si un jour, Maryna dĂ©cide de partir, elle sait que la porte de notre maison lui sera toujours ouverte. Maryna fait partie de notre vie maintenant Â», dĂ©clare Nicole. Et s’ils devaient revivre cette expĂ©rience de famille d’accueil, Nicole et Thomas n’hĂ©siteraient pas Ă  la revivre et ouvrir Ă  nouveau leur porte Ă  une personne rĂ©fugiĂ©e.

En découvrir plus en vidéos

​​​​​​​Épices gratuites

Cuisinez les recettes préférées de personnes réfugiées et apprenez ainsi à mieux connaître leur réalité.

Commandez maintenant