[Translate to Französich:]

NON Ă  l’érosion de la protection des personnes rĂ©fugiĂ©es

03 avril 2024

L’Organisation suisse d'aide aux rĂ©fugiĂ©s (OSAR) rejette fermement l’initiative populaire fĂ©dĂ©rale « Pas de Suisse Ă  10 millions ! (initiative pour la durabilitĂ©) » dĂ©posĂ©e aujourd’hui par l’Union dĂ©mocratique du centre (UDC). L’initiative fait des personnes dĂ©placĂ©es par la guerre de vĂ©ritables boucs Ă©missaires, les prive du droit Ă  l’intĂ©gration et les prĂ©cipite dans l’aide d’urgence. Cette mesure ne permettra ni de rĂ©soudre les problĂšmes environnementaux ni de faire baisser la population rĂ©sidente.

L’initiative rend les personnes rĂ©fugiĂ©es responsables de la croissance dĂ©mographique, des problĂšmes environnementaux, ainsi que de la surcharge des infrastructures et du systĂšme de santĂ©, alors que les personnes issues du domaine de l’asile ne reprĂ©sentent que 2,5 % de la population rĂ©sidante permanente. Ceci est absurde.

Une initiative qui crĂ©e plus de problĂšmes qu’elle n’en rĂ©sout

Les femmes, les hommes et les enfants qui fuient la guerre et la violence reçoivent aujourd’hui une protection en Suisse avec l’admission provisoire (permis F) aussi longtemps qu’un retour dans leur pays est impossible. Beaucoup de ces personnes sont bien intĂ©grĂ©es, ont un travail et paient leurs impĂŽts. Avec son initiative, l’UDC voudrait leur retirer le droit de sĂ©journer en Suisse, et par lĂ  mĂȘme le droit d’y travailler. Cela aura pour effet de pousser ces personnes dans l’aide d’urgence, puisqu’elles ne peuvent pas retourner ou ĂȘtre renvoyĂ©es dans leur pays d’origine. La suppression de l’admission provisoire n’aura ainsi aucun effet sur les problĂšmes que l’initiative prĂ©tend rĂ©soudre. Au contraire, elle ne fera que crĂ©er de nouveaux chantiers.

Attaque contre la tradition humanitaire de la Suisse

L’initiative est une fracture dans la tradition humanitaire de la Suisse, qui s’est toujours montrĂ©e solidaire lors de conflits internationaux en accueillant les hommes, les femmes et les enfants fuyant la guerre et la violence, comme derniĂšrement les personnes venant d’Ukraine. Elle rĂ©pand un discours xĂ©nophobe et attise la mĂ©fiance Ă  l’encontre des personnes rĂ©fugiĂ©es, qui ont dĂ©jĂ  dĂ» laisser derriĂšre elles famille, ami∙e∙s et tout ce qu’elles possĂ©daient.

L’initiative Ecopop poursuivait dĂ©jĂ  des objectifs similaires en 2014. À l’époque, cette demande avait Ă©tĂ© clairement rejetĂ©e par le Conseil fĂ©dĂ©ral, le Parlement et l’électorat suisse. L’OSAR en a la conviction : face Ă  ce projet aussi, l’ouverture au monde et l’humanitĂ© conduiront Ă  un Non.