HĂ©bergement

HĂ©bergement

Pendant la procédure d’asile accélérée en Suisse, les personnes requérantes d’asile sont hébergées dans des centres fédéraux pour requérants d’asile situés dans les six régions d’asile. Nous nous engageons pour que les personnes sollicitant une protection puissent vivre dignement dans des hébergements décents au cours de la procédure.

Centres fédéraux pour requérants d'asile

Depuis le 1er mars 2019, le territoire suisse est subdivisé en six régions d’asile (Suisse romande, Suisse orientale, Tessin et Suisse centrale, Berne, nord-ouest de la Suisse et Zurich). Un total de 5000 places d’hébergement sont disponibles dans ces régions. Les places dans les différentes régions sont prévues en proportion à la taille de la population. Il y a deux à cinq centres par région:

  • Centre fĂ©dĂ©ral pour requĂ©rants d’asile avec tâches procĂ©durales: la procĂ©dure d’asile se dĂ©roule ici.
  • Centre fĂ©dĂ©ral pour requĂ©rants d’asile sans tâches procĂ©durales: les personnes hĂ©bergĂ©es ici se trouvent dans une procĂ©dure Dublin ou doivent quitter la Suisse.
  • Centres spĂ©cifiques: les personnes sollicitant une protection qui portent atteinte Ă  l’ordre public ou au fonctionnement d’un centre doivent ĂŞtre hĂ©bergĂ©es ici. Le seul centre existant de ce type est actuellement fermĂ©.
Graphique des centres d'asile fédéraux dans les six régions d'asile
A leur arrivée en Suisse, les personnes requérantes d’asile déposent généralement leur demande dans l’un des six centres fédéraux régionaux pour requérant-e-s d’asile.

La durée de séjour maximale prévue dans un centre fédéral pour requérants d’asile est de 140 jours, après quoi les personnes sont attribuées aux cantons.

HĂ©bergement dans les cantons

Dans la procédure étendue et après réception de la décision d’asile, les cantons sont responsables de l’hébergement des requérant-e-s d’asile. Ils reçoivent à cet effet des indemnités forfaitaires versées par la Confédération.

Ce que nous exigeons

Nous luttons pour que les personnes sollicitant une protection en Suisse soient logées dignement dans des hébergements convenables.

  • Respect des droits fondamentaux : les droits fondamentaux priment les mesures de sĂ©curitĂ© dans la pesĂ©e des intĂ©rĂŞts: les centres d’asile isolĂ©s, Ă©loignĂ©s des infrastructures urbaines de formation et de santĂ© et entourĂ©s de fils barbelĂ©s,  rappellent la prison aux personnes en quĂŞte de protection et limitent leur libertĂ© de mouvement. Ils doivent ĂŞtre accessibles en moyens de transport, de manière Ă  ce que le lieu isolĂ© ne conduise pas Ă  une privation de libertĂ©.
  • La population doit y avoir accès : de nombreuses personnes engagĂ©es souhaiteraient Ă©tablir un contact avec les personnes en quĂŞte de protection et pouvoir leur rendre visite dans les hĂ©bergements. Elles devraient Ă©galement avoir accès aux centres fĂ©dĂ©raux pour requĂ©rants d’asile et pouvoir concevoir leurs projets t avec les requĂ©rant-e-s d’asile. Les horaires d'ouverture restreints et l'Ă©loignement de certains centres urbains empĂŞchent les contacts et les Ă©changes entre les requĂ©rant-e-s d’asile et la population civile.
  • Des soins mĂ©dicaux de base complets doivent ĂŞtre garantis :  Les soins de santĂ© de base doivent aussi inclure la santĂ© mentale. Les blessures psychiques telles que les traumatismes doivent ĂŞtre identifiĂ©es, traitĂ©es et prises en compte dans l'hĂ©bergement. La prĂ©sence constante de professionnels de la santĂ© est essentielle. De plus, des services de traduction professionnelle sont nĂ©cessaires, notamment pour le traitement des problèmes de santĂ© mentale.
  • Il convient de prendre en compte les besoins spĂ©ciaux : les personnes particulièrement vulnĂ©rables telles que les mineur-e-s, les femmes, les personnes sollicitant une protection âgĂ©es ou malades ainsi que les familles nĂ©cessitent dans les centres des zones de sĂ©jour et d’hygiène sĂ©parĂ©es et protĂ©gĂ©es.