Les femmes dans la procĂ©dure d’asile

Les femmes dans la procédure d'asile

De nombreuses femmes et filles fuient leur pays d'origine parce qu’elles sont exposĂ©es Ă  des actes de violence en raison de leur genre. Nous nous engageons pour que les persĂ©cutions spĂ©cifiquement dirigĂ©es contre les femmes soient prises en compte dans la procĂ©dure d'asile ainsi que leurs besoins spĂ©cifiques dans l'hĂ©bergement et l'encadrement.

Besoin de protection particulier

PrÚs de la moitié des personnes qui fuient leur pays d'origine à travers le monde sont des femmes et des filles. Outre des motifs tels que l'engagement politique, la foi ou l'appartenance à un groupe ethnique ou social spécifique, leur exil est souvent lié à des raisons liées au genre. Elles quittent leur pays d'origine parce qu'elles ont été victimes de mariages forcés, de mutilations génitales, d'exploitation liée au sexe, de violences sexuelles ou domestiques ou parce qu'elles sont menacées par de telles agressions. Les femmes et les filles déplacées sont également exposées au risque d'abus pendant leur fuite. Elles ont donc un besoin de protection particulier. Ce besoin est inscrit dans les traités sur les droits humains et dans la loi suisse sur l'asile.

HĂ©bergement et encadrement

En Suisse, les personnes requérantes d'asile sont hébergées dans des hébergements collectifs durant la procédure d'asile. Dans ces hébergements, des femmes, des hommes et des familles vivent ensemble dans un espace restreint. Le postulat Feri du 9 juin 2016 a amorcé des changements importants dans les hébergements collectifs afin de les rendre plus sûrs pour les femmes et les filles. Cela concerne en particulier le domaine de l'hébergement. La garantie d'accÚs sûrs vers les installations sanitaires, des douches individuelles verrouillables et la création de possibilités de retrait individuelles sont centrales.

En cas de problÚme, les résidentes des hébergements collectifs peuvent s'adresser à tout moment au personnel d'encadrement ou au personnel de sécurité. Toutefois, en raison de la charge de travail élevée et des barriÚres linguistiques, ce n'est pas toujours possible. Les femmes concernées ont besoin de temps pour établir une relation de confiance. Elles se comportent souvent de maniÚre réservée et leurs besoins spécifiques ne sont pas suffisamment pris en compte par le personnel d'encadrement.

Toutes les mesures du postulat Feri ne sont pas encore entiĂšrement mises en Ɠuvre, notamment la mise en place d'un programme de formation complet pour toutes les personnes travaillant dans les centres fĂ©dĂ©raux d'asile sur les besoins spĂ©cifiques des femmes et des filles, prĂ©vu pour 2022. De mĂȘme, certaines lignes directrices pour la prise en charge de toutes les personnes ayant des besoins particuliers n'ont pas encore Ă©tĂ© Ă©laborĂ©es.
 

Soins médicaux et santé

A l'arrivĂ©e dans un hĂ©bergement collectif, une premiĂšre consultation mĂ©dicale est organisĂ©e. Les femmes requĂ©rantes d'asile ont accĂšs Ă  tout moment Ă  l'infirmerie de l'hĂ©bergement collectif. Les professionnels de la santĂ© dans les hĂ©bergements collectifs agissent comme un filtre pour l'accĂšs aux soins de santĂ© psychique et physique. Pour garantir un soutien adĂ©quat aux femmes concernĂ©es, les professionnels ont besoin de ressources suffisantes en temps, en personnel et en compĂ©tences.

Procédure d'asile

Le droit d'asile suisse oblige les autoritĂ©s Ă  prendre en compte les motifs d'exil  spĂ©cifiques aux femmes. Cependant, dans la pratique, les mesures de persĂ©cution visant spĂ©cifiquement les femmes, telles que la violence domestique et sexuelle ou la traite des ĂȘtres humains, ne sont pas toujours considĂ©rĂ©es comme crĂ©dibles. Les imprĂ©cisions, les contradictions et les non-dits ne sont pas mis sur le compte d'un traumatisme, mais rejetĂ©s comme des contre-vĂ©ritĂ©s.

En cas d'indices de persĂ©cution liĂ©e au sexe, les femmes et les filles ont le droit d'ĂȘtre entendues par une Ă©quipe exclusivement fĂ©minine. Dans la pratique, cela n'est pas toujours mis en Ɠuvre, car de telles indications ne sont souvent pas disponibles avant le dĂ©but de l'audition. Les femmes concernĂ©es n'osent par exemple pas parler de motifs liĂ©s au sexe en prĂ©sence de personnes de sexe masculin.

 

Notre engagement

  • Les femmes et les filles doivent se sentir en sĂ©curitĂ© dans les hĂ©bergements collectifs. Les mesures mises en Ɠuvre Ă  la suite du postulat Feri y contribuent largement. Nous nous engageons  pour une application consĂ©quente de ces mesures et dans l'intĂ©rĂȘt des femmes et des filles concernĂ©es.
  • Pour les femmes concernĂ©es, il est difficile de parler de la violence liĂ©e au genre dont elles ont Ă©tĂ© victimes. C'est pourquoi il est essentiel, en application du postulat Feri, de sensibiliser et de former l'ensemble du personnel d'encadrement et de sĂ©curitĂ© Ă  la violence liĂ©e au genre et aux traumatismes. Des procĂ©dures et des compĂ©tences standardisĂ©es pour l'identification, le soutien et la protection des femmes victimes de violence sont Ă©galement nĂ©cessaire. La prĂ©sence d'au moins une personne de contact fĂ©minine parmi le personnel d'encadrement et de sĂ©curitĂ© doit toujours ĂȘtre garantie.
  • Les femmes traumatisĂ©es ont besoin d'un soutien aussi rapide que possible, car tout retard dans le traitement peut aggraver leurs souffrances de maniĂšre aiguĂ«. Il faut donc un personnel mĂ©dical suffisant dans les centres d'hĂ©bergement collectif. Ce personne doit disposer de suffisamment de temps et ĂȘtre formĂ© aux questions de la violence liĂ©e au genre et Ă  la santĂ© sexuelle et reproductive, afin de garantir un accĂšs rapide et appropriĂ© aux soins de santĂ© mentale et physique nĂ©cessaires.
  • L'audition dans le cadre de la procĂ©dure d'asile est une situation stressante. Pour que les femmes concernĂ©es puissent exposer leurs motifs d'asile, le personnel du SecrĂ©tariat d'Etat aux migrations, les interprĂštes et les reprĂ©sentant-e-s juridiques doivent ĂȘtre formĂ©-e-s dans les persĂ©cutions liĂ©es au genre et organiser l'audition en consĂ©quence. En cas d'indices de persĂ©cutions liĂ©es au sexe, l'entretien devrait toujours ĂȘtre menĂ© par une Ă©quipe de femmes.