Frontex : l'agence antifraude de l'UE confirme de graves accusations

14 octobre 2022

Pendant plus d'un an, l'Office européen de lutte antifraude (OLAF) a enquêté sur Frontex, l'agence européenne de contrôle des frontières. Le rapport, tenu secret, confirme que les dirigeants de Frontex sont responsables de graves violations des droits humains. Le rapport a notamment été partagé par le journal en ligne Republik, qui l'a analysé.

Le rapport avait Ă©tĂ© initialement transmis au Spiegel, Ă  Lighthouse Reports et au portail Frag den Staat et peut actuellement ĂŞtre tĂ©lĂ©chargĂ© dans une version recopiĂ©e sur le site web du Spiegel. La Republik a Ă©valuĂ© le rapport et rendu publiques les « conclusions accablantes Â» des enquĂŞtrices et enquĂŞteurs de l'OLAF le 13 octobre.

Selon Republik, l'autoritĂ© antifraude de l'Union EuropĂ©enne (UE) a reçu des Ă©lĂ©ments de preuve et a pris des mesures contre Frontex fin 2020. Elle a perquisitionnĂ© les locaux de la direction de Frontex, a analysĂ© d'innombrables lettres, e-mails et vidĂ©os et a rassemblĂ© les rĂ©sultats de ses investigations dans un rapport en 2021. Celui-ci n'a jusqu'Ă  prĂ©sent pas Ă©tĂ© publiĂ© et n'a Ă©tĂ© prĂ©sentĂ© qu'oralement aux parlementaires europĂ©ens, selon la Republik. Celui-ci ne dĂ©crit pas seulement les accusations massives adressĂ©es Ă  Frontex en matière de violation des droits fondamentaux et des droits humains, comme le prouve le rapport. La direction de Frontex aurait plutĂ´t contournĂ© ses propres organes de contrĂ´le, comme le Bureau des droits fondamentaux, empĂŞchĂ© des clarifications internes et rendu inaccessibles les Ă©lĂ©ments correspondants. Les conclusions du rapport de près de 130 pages sont claires et prĂ©cisess, comme l'explique la Republik : la direction aurait ignorĂ© des indices de violations des droits humains, aurait mĂŞme donnĂ© des instructions pour fermer les yeux lors de push-backs, et aurait en outre dissimulĂ© des comportements illĂ©gaux des autoritĂ©s nationales de protection des frontières. Le chef de Frontex Leggeri a donc dĂ» dĂ©missionner Ă  une date prĂ©cipitĂ©e.

Concernant la situation aux frontières extérieures de l'UE et le rôle de Frontex, l'Organisation suisse d'aide aux réfugiés (OSAR) a rédigé en avril 2022 un document proposant différentes solutions. Elle y souligne l'urgente nécessité d'une réforme de Frontex : il faut un système indépendant et efficace de signalement, d'enquête et de surveillance de l'agence et le rôle du délégué aux droits fondamentaux et des observatrices et observateurs des droits fondamentaux doit notamment être renforcé. En outre, un contrôle indépendant et complet de tous les renvois de personnes dont les demandes de protection ont été rejetées est nécessaire.