Crise au Sri Lanka : renoncer aux renvois jusqu’à ce que la situation se soit stabilisée

15 juillet 2022

L’Organisation suisse d’aide aux réfugiés (OSAR) s’inquiète de l’évolution actuelle de la situation au Sri Lanka. La crise économique menace en effet la sécurité alimentaire et l’accès aux soins médicaux de la population. C’est pourquoi l’OSAR demande de renoncer aux renvois au Sri Lanka jusqu’à ce que la situation se soit stabilisée.

En cessation de paiement depuis mai 2022, le Sri Lanka traverse actuellement la plus grave crise Ă©conomique des 75 dernières annĂ©es, assortie d’une crise politique et de nombreuses manifestations contre le gouvernement actuel. Le prĂ©sident a dĂ©jĂ  pris la fuite. Un nouveau gouvernement doit ĂŞtre constituĂ© le 20 juillet 2022. Sur le plan des droits humains, la situation est prĂ©occupante depuis des annĂ©es. On ignore encore quel sera l’impact des dĂ©veloppements politiques actuels en la matière.  

Pendant ce temps, la crise économique a de graves répercussions sur la population. Certains produits de base ne sont plus disponibles et la devise a perdu 80 pour cent de sa valeur depuis mars 2022. En mai 2022, l’inflation des denrées alimentaires atteignait 57,4 pour cent ; les aliments de base sont devenus hors de prix pour beaucoup de familles. À la saison précédente, les récoltes ont été catastrophiques et le manque d'argent et de moyens de production menace les rendements agricoles de la saison en cours. D’après le Programme alimentaire mondial des Nations Unies, quelque 38 pour cent de la population est déjà affectée par une précarité alimentaire modérée à grave. L’ONU estime que près de neuf millions de personnes, soit 22 pour cent de la population sri-lankaise, dépendent actuellement de l’aide alimentaire et qu’un nombre comparable est tributaire de l’aide humanitaire. Près d’un enfant sur deux est concerné.

La crise économique a aussi des effets dramatiques sur l’accès aux services de santé. Le Sri Lanka dépend à plus de 80 pour cent de l’importation de médicaments et autres matériaux pour ses services de santé. D’après les indications fournies par l’ONU début juin 2022, environ 200 médicaments indispensables, appelés « essential medicines », plus de 2700 articles chirurgicaux indispensables et plus de 250 articles de laboratoire de base étaient en rupture de stock. Il a donc fallu reporter des opérations et des interventions. D’après les constatations de l’OSAR, la crise actuelle affecte le traitement de nombreuses maladies dont certaines sont mortelles.

L’OSAR s’inquiète de la manière dont Ă©volue actuellement la situation au Sri Lanka. La crise Ă©conomique menace en effet la sĂ©curitĂ© alimentaire. Les traitements mĂ©dicaux des personnes gravement malades sont actuellement très limitĂ©s, ce qui peut mettre leur vie en danger. Le Premier ministre sri-lankais est dernièrement parti du principe que la situation allait encore se dĂ©grader et qu’il ne fallait pas s’attendre Ă  une amĂ©lioration avant le dĂ©but 2023. La situation politique reste très instable et il faut suivre de près ses rĂ©percussions sur le plan des droits humains. L’OSAR considère qu’il n’est pas indiquĂ© de renvoyer des personnes au Sri Lanka tant que la situation actuellement dramatique ne se sera pas clairement stabilisĂ©e. Elle demande par consĂ©quent : 

  • de renoncer aux renvois de personnes au Sri Lanka, surtout les plus vulnĂ©rables, tant que la situation ne s’est pas stabilisĂ©e,
  • de tenir compte de la situation actuelle dans la pratique en matière d'asile et dans l'exĂ©cution des renvois. Le SEM doit soigneusement examiner au cas par cas s'il existe une menace ou tout autre facteur qui rendrait l'exĂ©cution du renvoi inacceptable. L’admission provisoire doit ĂŞtre accordĂ©e en cas de doute.

​​​​​​​Épices gratuites

Cuisinez les recettes préférées de personnes réfugiées et apprenez ainsi à mieux connaître leur réalité.

Commandez maintenant