Une collaboration unique entre les autorités et les organisations civiles

24 août 2022

Depuis que la Russie a attaqué l'Ukraine en violation du droit international et que les victimes de cette guerre fuient en masse, notamment vers la Suisse, l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés (OSAR) collabore étroitement avec les autorités nationales et cantonales. Une collaboration qui tourne principalement autour de l’hébergement privé des nombreuses personnes réfugiées de guerre ukrainiennes. En effet, la Confédération a principalement mandaté l'OSAR pour coordonner le placement de ces personnes dans des familles d’accueil. Après les premiers mois, la directrice Miriam Behrens tire un bilan positif du traitement que la Suisse a réservé aux personnes réfugiées d’Ukraine et de l'offre de familles d'accueil.

Interview : Barbara Graf Mousa, rĂ©dactrice de l’OSAR

Miriam Behrens, comment la Suisse fait-elle face aux consĂ©quences de la guerre en Ukraine ? 

La guerre a déclenché le plus grand flux migratoire jamais observé depuis la Seconde Guerre mondiale. Pour la première fois, la Confédération a activé le statut de protection S avec une procédure d’inscription en ligne. En outre, la majeure partie des personnes réfugiées a été hébergée chez des particuliers : en juillet, c’était le cas de près de 60 % d’entre elles. Avec les familles d'accueil, les autorités ont donc été confrontées dès le début de la crise à un nouveau groupe d'interlocuteurs et à de nouvelles procédures qui n’étaient pas encore rôdées. Pour l’instant, je trouve que la Suisse a admirablement relevé le défi et atteint le but premier qui était d’abriter immédiatement toutes les personnes réfugiées, grâce à un fantastique élan de solidarité de la population. La suite de la prise en charge a d’abord été un peu chaotique, mais la bonne collaboration a permis d’éliminer rapidement les goulets d'étranglement. Là aussi, toutes les lacunes ont immédiatement été comblées par des offres bénévoles. Sans l’aide généreuse de la population, le bilan serait nettement moins bon.

Quel bilan tirez-vous de l’offre de familles d’accueil ?

L’OSAR a reçu le mandat fĂ©dĂ©ral de placer des personnes rĂ©fugiĂ©es d’Ukraine dans des familles d’accueil, parce qu'elle a acquis l'expĂ©rience et l'expertise nĂ©cessaires de 2015 Ă  2018, lors d’un projet similaire rĂ©alisĂ© pendant la guerre en Syrie. Le lancement du projet a pourtant Ă©tĂ© un dĂ©fi. En raison du grand nombre de personnes rĂ©fugiĂ©es, nous n’avons tout d’abord pas pu respecter nos propres procĂ©dures qui consistent par exemple Ă  rendre visite aux familles d’accueil avant le placement. Mais maintenant, ces clarifications prĂ©alables ont lieu dans la plupart des cantons. Au dĂ©but, l’accompagnement des familles d’accueil après le placement n’était pas satisfaisant. Nous avons mis en place une permanence tĂ©lĂ©phonique et envoyĂ© des infos par courriel. Mais ça ne suffit pas. Entre-temps, nous avons rĂ©ussi Ă  trouver des solutions sur mesure avec la plupart des cantons. C’est un grand succès pour l’hĂ©bergement privĂ© dans le domaine de l’asile et nous en sommes ravis !