Faciliter la délivrance des visas humanitaires pour les Afghan-e-s en quête de protection

15 août 2022

Il y a un an, les talibans prenaient le pouvoir en Afghanistan, promettant un gouvernement inclusif et le respect des droits des femmes. Un an plus tard, la situation de nombreux Afghans et Afghanes s’est détériorée et l’exode d’une population en quête de protection se poursuit. L’Organisation suisse d’aide aux réfugiés (OSAR) demande que la délivrance des visas humanitaires soit facilitée.

Le 15 août 2021, les talibans prenaient Kaboul et le contrôle de la totalité de l’Afghanistan. Ils promettaient de mettre en place un gouvernement incluant des représentants de tous les ethnies et tribus. Trois semaines plus tard, les talibans ont annoncé un gouvernement provisoire composé presque uniquement d’hommes pachtounes. Ils ont également rejeté toute idée d’élection et de système démocratique.

DĂ©jĂ  avant la prise du pouvoir des talibans, le pays traversait une des pires crises humanitaires de son histoire et celle-ci n’a fait dès lors que s’aggraver. De plus, les droits humains sont de plus en plus bafouĂ©s. Cette situation catastrophique est confirmĂ© entre autres par le premier rapport de l’Organisation des Nations unies (ONU) sur la situation des droits humains en Afghanistan depuis la prise de pouvoir des talibans, publiĂ© en juillet 2022. La violence règne dans le pays. Dans le rapport de l’ONU, il est fait notamment mention de plusieurs centaines d’« arrestations arbitraires Â», de 185 cas de torture et de mauvais traitements ou encore 217 cas de « punition cruelle, inhumaine ou dĂ©gradante Â»

Les groupes à risque sont particulièrement touchés par les violences et les mesures restrictives des talibans. Comme le souligne un rapport d’Amnesty International de juillet 2022, en une année, les femmes et les jeunes filles ont vu leurs droits de plus en plus restreints, et ceci malgré les promesses des talibans de préserver leur accès à l’éducation et au marché du travail. Elles ont une liberté de mouvement réduite, un accès limité à l’éducation et des interdictions professionnelles. La répression envers les femmes et les jeunes filles limite également leur accès aux soins. La situation d’autres groupes à risque s’est aussi péjorée, notamment celle des membres de minorités religieuses et ethniques, des activistes des droits humains, des militants de la société civile.

L’exode de la population afghane se poursuit. Celle-ci se rĂ©fugie majoritairement en Iran et au Pakistan et seule une minoritĂ© arrive en Suisse, notamment, car la Suisse n’a mis Ă  disposition aucune voie lĂ©gale et sĂ»re pour les Afghan-e-s en quĂŞte de protection. De plus, malgrĂ© la situation humanitaire catastrophique, le SecrĂ©tariat d’Etat aux migrations (SEM) poursuit une pratique très restrictive dans l’attribution des visas humanitaires. En 2021, 37 visas humanitaires Ă©taient attribuĂ©s Ă  des ressortissant-e-s afghan-e-s sur les 10 000 demandes dĂ©posĂ©s concernant l’Afghanistan selon la Croix-Rouge suisse.

En aoĂ»t 2021, l’OSAR appelait​​​​​​​ les autoritĂ©s suisses Ă  accueillir rapidement et sans complications administratives la population afghane en quĂŞte de protection. Les revendications posĂ©es Ă  l’époque valent fondamentalement toujours une annĂ©e plus tard. L’OSAR demandait notamment et continue de demander de :

  • faciliter et accĂ©lĂ©rer la dĂ©livrance des visas humanitaires pour toutes et tous les Afghan-e-s vulnĂ©rables.

Vu la détérioration de la situation et la crise humanitaire sans précédent que traverse l’Afghanistan, la pratique restrictive du SEM n’a plus lieu d’être.

Qui protège les personnes réfugiées du froid et de l’exclusion ?

Aidez les personnes réfugiées en faisant un don.

Faire un don