Afghanistan: derniers développements

22 novembre 2021

La situation en Afghanistan est incertaine depuis la prise de pouvoir des talibans. De nombreux rapports font état de violations des droits humains. Découvrez-en plus sur les derniers développements.

02.12.2021 : SRF rapporte que la commission d'accrĂ©ditation de l'ONU a refusĂ© d'accrĂ©diter les reprĂ©sentants des talibans en tant qu'ambassadeurs de l'ONU. Les reprĂ©sentants du gouvernement prĂ©cĂ©dent d'Ashraf Ghani conserveraient leur position. Une reconnaissance aurait Ă©tĂ© importante pour les talibans, car par la suite, de nombreux pays auraient acceptĂ© les talibans comme reprĂ©sentants lĂ©gitimes de l'Afghanistan. Ce refus rend une reconnaissance internationale difficile.

01.12.2021 : Le HCR exprime sa profonde inquiétude face aux dangers croissants auxquels sont confrontés les Afghan-e-s qui tentent de fuir vers les pays voisins. Les frontières avec le Pakistan et l'Iran sont fermées aux Afghan-e-s qui ne disposent pas des documents nécessaires. Les frontières avec le Tadjikistan et l'Ouzbékistan sont complètement fermées. De nombreuses personnes afghanes entrées en Iran affirment avoir eu recours à des passeurs et avoir été exposées à de grands risques. En outre, depuis le mois d'août, un nombre croissant d'Afghan-e-s ont été expulsé-e-s du Pakistan, de l'Iran et du Tadjikistan. Le HCR appelle tous les pays à maintenir leurs frontières ouvertes pour les personnes qui ont besoin d'une protection internationale.

30.11.2021 : Selon Human Rights Watch (HRW), depuis leur prise de pouvoir en Afghanistan, les talibans ont exĂ©cutĂ© de force ou fait disparaĂ®tre plus de 100 anciens fonctionnaires de la police et des services secrets dans quatre provinces seulement, malgrĂ© l'amnistie annoncĂ©e. Dans son rapport intitulĂ© « No Forgiveness for People Like You,' Executions and Enforced Disappearances in Afghanistan under the Taliban Â», HRW documente les exĂ©cutions ou les disparitions de 47 anciens membres des forces de sĂ©curitĂ© nationale afghanes - militaires, policiers, agents de renseignement et miliciens - qui se sont rendus aux talibans ou ont Ă©tĂ© apprĂ©hendĂ©s par eux entre le 15 aoĂ»t et le 31 octobre 2021. HRW a recueilli des informations fiables sur plus de 100 homicides dans les seules provinces de Ghazni, Helmand, Kandahar et Kunduz.

28.11.2021 : SRF rapporte que le chef du gouvernement taliban en place, le mollah Mohammed Hassan Achund, s'est adressé pour la première fois au peuple afghan dans un message audio le 27 novembre. Il y aurait souligné que les talibans ont tenu leurs promesses en poursuivant leur lutte contre les forces étrangères jusqu'à la mise en place d'un gouvernement islamique et la stabilisation du pays. Il a affirmé que la famine, le chômage et la hausse des prix étaient déjà des problèmes avant la prise de pouvoir par les talibans. Selon lui, la crise économique pourrait être résolue si environ neuf milliards de dollars des réserves de la banque centrale afghane, bloquées depuis la prise de pouvoir des talibans, étaient débloqués.

22.11.2021 : Selon le directeur des opĂ©rations du ComitĂ© international de la Croix-Rouge (CICR), qui revient d’une visite de six jours en Afghanistan, la situation dans ce pays est catastrophique et ne fait qu’empirer. Selon le CICR, cette situation est d’autant plus exaspĂ©rante qu’elle pourrait en partie ĂŞtre Ă©vitĂ©e si la communautĂ© internationale dĂ©cidait de s’engager et de fournir l’aide humanitaire nĂ©cessaire pour Ă©viter un effondrement des services essentiels comme les soins de santĂ© et l’éducation. Les sanctions Ă©conomiques destinĂ©es Ă  punir les talibans touchent des millions d’Afghans et les privent des produits de base dont ils ont besoin pour survivre. Avant mĂŞme l’arrivĂ©e de l’hiver, le pays fait dĂ©jĂ  face Ă  une grave crise alimentaire. La malnutrition est aggravĂ©e par la sĂ©cheresse, les mauvaise rĂ©coltes et l’effondrement Ă©conomique. Ce sont les enfants qui en souffrent le plus.

Selon la BBC, le gouvernement taliban a envoyĂ© un ensemble de directives aux chaines de tĂ©lĂ©vision afghanes. Celles-ci comportent huit nouvelles règles, parmi lesquelles figurent l’interdiction pour les femmes d’apparaitre dans des sĂ©ries tĂ©lĂ©visĂ©es, mais Ă©galement l’ordre pour les femmes journalistes et les prĂ©sentatrices de porter le foulard Ă  l’écran. Selon le membre d’une organisation qui reprĂ©sente les journalistes en Afghanistan, interrogĂ© par la BBC, ces nouvelles restrictions, inattendues, vont compliquer davantage le travail des journalistes et certains radiodiffuseurs pourraient ĂŞtre contraints de fermer.      

12.11.2021 : La directrice générale de l’UNICEF, Henrietta Fore, s’alarme des informations qui font état d’une augmentation du nombre de mariage précoce de filles en Afghanistan. L’UNICEF estime que 28 pourcents des femmes afghanes âgées de 15 à 49 ans sont mariés avant d’atteindre l’âge de 18 ans. La situation des familles afghanes s’est considérablement dégradée en raison de la crise économique, de la pandémie Covid-19 et de l’arrivée de l’hiver. Parmi les familles les plus pauvres, certaines sont tellement désespérées qu’elles font le choix de faire travailler leurs enfants ou de marier les filles à un très jeune âge. Selon UNICEF, la décision des talibans de ne pas autoriser les filles à aller à l’école exacerbe encore la situation et augmente le risque de mariage précoce.

10.11.2021 : Sur son blog, l'expert sur l'Afghanistan Thomas Ruttig s’exprime sur la question de savoir si les talibans ont interdit la scolarisation des filles. Il explique que l'on peut y rĂ©pondre globalement par la nĂ©gative. Les talibans n'ont pas encore publiĂ© de directives politiques officielles Ă  cet Ă©gard, mais des dĂ©clarations contradictoires ont Ă©tĂ© faites par des reprĂ©sentants individuels des talibans. Les dirigeants talibans des diffĂ©rentes provinces ont interprĂ©tĂ© ces dispositions diffĂ©remment ; dans certaines provinces, mais pas dans toutes, il s'agit d'une interdiction implicite.

09.11.2021 : Reuters rapporte l'augmentation des attaques et des assauts de l'État islamique (EI) en Afghanistan. La violence de l'EI met un terme aux affirmations des talibans selon lesquelles le pays est plus sûr. De nombreux assassinats ciblés restent inexpliqués. Certains pourraient être le résultat de campagnes de vengeance locales. D'autres résultent du conflit de plus en plus ouvert entre les talibans et la ramification locale de l'EI. L'EI a revendiqué certaines des attaques les plus meurtrières de ces derniers mois en Afghanistan, tuant des centaines de personnes, notamment dans les grandes villes. La violence alimente les craintes que l'Afghanistan sombre de plus en plus dans le chaos, voire qu'il retombe dans la guerre civile.

Consultez ici les derniers développements en Afghanistan depuis le 18.08.2021.

Plus d'infos

De nombreuses questions se posent actuellement autour de l’Afghanistan, en particulier en lien avec les visas humanitaires, la réinstallation et les regroupements familiaux. Vous trouverez les réponses correspondantes au lien ci-dessous.

Vous trouverez ici la position et les revendications de l’OSAR concernant la situation en Afghanistan.

Soutenez l’OSAR dès maintenant en faisant un don et donnez plus de poids à nos revendications.

En tant que cosignataires, nous soutenons la pĂ©tition Â« Accueillir de toute urgence les Afghan-e-s en danger » d’Amnesty International.