[Translate to Französich:]

L'√Črythr√©e expulse ses compatriotes des camps de r√©fugi√©s √©thiopiens

17 décembre 2020

Selon de nombreuses sources, les forces armées érythréennes ont enlevé ces dernières semaines des réfugiés érythréens des camps de réfugiés éthiopiens. Ces informations inquiètent l’OSAR, d'autant plus que le HCR n'a pas encore accès à ces camps.

Filippo Grandi, Haut Commissaire des Nations Unies pour les r√©fugi√©s, se dit profond√©ment pr√©occup√© par la s√©curit√© et le bien-√™tre des r√©fugi√©s √©rythr√©ens en √Čthiopie, pris au pi√®ge dans le conflit au Tigr√©. Le HCR et les partenaires humanitaires indiquent ne plus avoir acc√®s aux quatre camps de r√©fugi√©s √©rythr√©ens du Tigr√© depuis plus d'un mois, ce qui expose les r√©fugi√©s √† de grands risques en termes de s√©curit√© et de survie. Les d√©clarations de Filippo Grandi du 11 d√©cembre 2020 sont claires et laissent pr√©sager le pire pour l'avenir. Le conflit entre le Front populaire de lib√©ration du Tigr√© (Tigray People's Liberation Front TPLF) ‚Äď le parti au pouvoir au Tigr√©, qui borde l'√Črythr√©e ‚Äď et le gouvernement central en √Čthiopie menace tant les personnes en qu√™te de protection d‚Äô√Črythr√©e que d‚Äô√Čthiopie. Les √Čtats-Unis confirment ces jours-ci les nombreux rapports des organismes d'aide et les sources diplomatiques selon lesquels les troupes √©rythr√©ennes combattent aux c√īt√©s des forces √©thiopiennes dans la r√©gion du Tigr√©. Ils estiment que cette √©volution est dangereuse. L‚ÄôOrganisation suisse d‚Äôaide aux r√©fugi√©s (OSAR) a publi√© une information √† ce sujet √† la mi-novembre, appelant √† la suspension des renvois forc√©s vers l'Ethiopie.

Une √©quipe de s√©curit√© des Nations Unies qui s‚Äô√©tait rendue dans le camp de r√©fugi√©s √©thiopiens de Shimelba, pr√®s de la fronti√®re √©rythr√©enne pour √©valuer la situation des personnes ayant besoin de protection en √Črythr√©e, a essuy√© des tirs de la part des forces √©thiopiennes. En dehors du CICR, aucune organisation internationale ne semble √™tre pr√©sente dans la r√©gion du Tigr√© √† l'heure actuelle ; tant les r√©fugi√©s √©rythr√©ens qu‚Äôune grande partie de la population civile √©thiopienne, dont de nombreuses femmes et enfants, sont sans protection, sans nourriture et sans m√©dicaments.

Violations graves du droit international

Le Haut Commissaire des Nations Unies, Filippo Grandi rapporte ainsi avoir re√ßu un nombre tr√®s √©lev√© d‚Äôinformations troublantes faisant √©tat de meurtres, d‚Äôenl√®vements et de retours forc√©s en √Črythr√©e pour les r√©fugi√©s √©rythr√©ens qui se trouvent au Tigr√©, ajoutant que, si elles sont confirm√©es, ces actions constitueraient une violation majeure de la l√©gislation internationale.

Dans un accord sign√© le 29 novembre 2020, le gouvernement √©thiopien a assur√© au HCR et √† ses organisations partenaires un acc√®s humanitaire aux zones contr√īl√©es par le gouvernement central √©thiopien dans la r√©gion du Tigr√©. Le Commissaire europ√©en charg√© de la gestion des crises Janez Lenarńćińć a d√©clar√© douter de l‚Äôefficacit√© de cet accord humanitaire entre l'ONU et l'√Čthiopie, celui-ci ne permettant pas d'acc√©der √† d'autres zones du Tigr√©. Pour les travailleuses et travailleurs humanitaires sur le terrain, aucun acc√®s s√Ľr et sans entrave aux quelque 96 000 r√©fugi√©s √©rythr√©ens se trouvant dans les quatre camps √©thiopiens de Hitsats, Mai-Aini, Adi-Harush et Shimelba n'est (encore) garanti.

Parall√®lement, le gouvernement soudanais a accueilli pr√®s de 50 000 r√©fugi√©s √©thiopiens cherchant protection de la r√©gion du Tigr√©. Filippo Grandi appelle la communaut√© internationale √† accro√ģtre son soutien envers les efforts d‚Äôaide humanitaire. Chaque jour, des centaines d‚Äô√Črythr√©ens et d‚Äô√Čthiopiens en qu√™te de protection arrivent √©puis√©s et traumatis√©s dans les camps soudanais. Et les ressources s‚Äôamenuisent.

Face √† cette trag√©die humanitaire, l‚ÄôOSAR maintient les revendications qu'elle a formul√©es en novembre 2020 : les d√©cisions relatives aux demandes d'asile des r√©fugi√©s d'√Čthiopie et d'√Črythr√©e doivent absolument tenir compte de la d√©t√©rioration progressive de la situation s√©curitaire dans la r√©gion et aucun renvoi forc√© vers l'√Čthiopie ne doit √™tre effectu√©.